Tango

Série d’aquarelles Tango
Cliquez sur les images pour les voir en grand

Découvrir en boutique

Imaginez-vous… Vous êtes dans un bar sombre, l’atmosphère du lieu est lourde. C’est une chaude soirée d’été et on sent dans l’air l’orage à venir, attendu comme une bénédiction après des jours et des jours de chaleur écrasante.

Là, dans l’obscurité de la nuit, une musique suave et grave s’élève. Peu à peu, des ombres se mettent en mouvement et glissent sur le parquet comme si elles obéissaient à une force supérieure.

Des couples se forment, s’enlacent, se séparent et sur le rythme des notes tragiques, ils interprètent le Tango.

L’inspiration

J’ai plusieurs références concernant la danse du Tango. J’en partage une avec vous, issue du film Moulin Rouge que vous pouvez regarder ci-dessous. Je l’avais découvert pendant mon adolescence et encore des années après, je ne me lasse pas de le visionner encore.

La musique et la danse du Tango, sont un mélange dans le rythme de lenteur, de sensualité et en même temps de brutalité voire de tragédie. C’est vraiment la musique de la passion, illustrant la façon dont on se laisse prendre par des sentiments qui montent progressivement en puissance jusqu’à exploser. Au début, on découvre l’autre, on pense l’aimer, mais très rapidement, l’envie fait place au besoin. Alors vient le désir de possession, destructeur, qui entraîne la jalousie et la violence.

 


Cadeau : l’artbook New York City !

Inscris-toi à la newsletter et…

  • reçois l’artbook New York City en version digital
  • sois au courant de la sortie de chaque nouvelle série d’aquarelles, des expos et autres évènements et des promotions
  • reçois en avant-première les invitations aux concours pour gagner des peintures








     E-mail       


La série d’aquarelles Tango

Croquis-aquarelle-tango

Découvrir en boutique

La série d’aquarelles Tango a été réalisée en 2016 et exposée au restaurant l’Envie du Jour à Paris.

Il y a plusieurs années, inspirée par un désir personnel, des références diverses et une passion momentanée pour tout ce qui pouvait être d’origine latine, j’ai réalisé plusieurs croquis de danseurs de Tango. J’avais utilisé pour ça des crayons gras noir et sépia et je me rappelle bien de la façon dont j’avais croqué : c’était rapide et enlevé, je voulais le moins de détails possibles et appuyer le mouvement ainsi que l’intensité.

Au printemps 2016, en faisant un peu de rangement, j’ai retrouvé ces croquis et j’ai eu envie de les reprendre à l’aquarelle. J’étais au début de ma période – qui n’a jamais pris fin – « Je veux peindre mais je veux pas faire de dessin de repères avant, gnagnagna. »

En fait, cette série d’aquarelles Tango a été une véritable découverte et m’a donnée ma ligne conductrice sur la façon dont je souhaitais peindre.

Avec mes croquis sous les yeux, et alors que je ne me souvenais plus des sujets d’origine, j’ai commencé à peindre spontanément et sans trop réfléchir aux couleurs que je choisissais.

La première peinture de la série d’aquarelles Tango reste différente des suivantes. C’est comme si elle illustrait le début de la danse : lenteur, douceur, sensualité, intimité. Les autres sont plus dynamiques et intenses : elles délivrent un autre message.

Pour en savoir plus sur cette série, sa réalisation et l’exposition, vous pouvez lire l’article ici.

Découvrir en boutique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *