Comment trouver l’inspiration pour peindre ?

C’est un sujet récurrent pour tous les artistes, que nous soyons amateurs ou professionnels, débutants ou confirmés : l’Inspiration. Comment la trouve-t-on ? Qu’est-ce qui nous donne l’idée et l’envie d’un sujet ? Comment faire face aux périodes sans inspiration ?

Comme chacun d’entre nous, il m’est arrivé de me dire : « J’aimerai peindre, mais quoi ? Rien ne me fait envie. » Quand cela se présente, j’ai plusieurs attitudes : soit je bouquine mes différents livres et magazines d’art jusqu’à ce que je trouve un sujet qui m’inspire, soit je pars me promener pour libérer mon esprit ou encore je me met devant une feuille blanche, je prend mon pinceau et je peins sans penser à un sujet particulier.

Trouver-l-inspiration

Si je n’ai pas d’inspiration c’est peut-être aussi que je n’ai pas envie de peindre, et malheureusement, cela peut durer plusieurs jours… Et oui, ça arrive ! Seulement, ne pas peindre pendant 2-3 jours, ça va, mais quand ça dure 3 semaines, c’est plus compliqué !

Je vous propose d’aborder ce sujet dans cet article, de partager avec vous ma vision sur l’inspiration et ce que je fais pour la retrouver quand elle s’est fait la malle 🙂

L’inspiration : qu’est-ce que c’est ?

Définition

Le dictionnaire du Larousse définit l’Inspiration comme suit :

– Mouvement intérieur, impulsion qui porte à faire, à suggérer ou à conseiller quelque action : Suivre son inspiration.
– Enthousiasme, souffle créateur qui anime l’écrivain, l’artiste, le chercheur : Chercher l’inspiration.
– Ce qui est ainsi inspiré : De géniales inspirations.
– Influence exercée sur un auteur, sur une œuvre : Une décoration d’inspiration crétoise.
– Influence charismatique de Dieu sur les auteurs des livres saints.

Merci le Larousse pour cette définition, mais en vrai : souffle créateur ? Je sais pas vous mais moi, ça m’arrive pas tous les jours d’être touchée par la grâce !

Entre mythe et réalité

Le syndrome de la page blanche

On connait tous de réputation le « syndrome de la page blanche » pour les écrivains (autrement appelé leucosélophobie – si si, il y a des mots savants pour tout !) : cette angoisse de se retrouver face à un support sur lequel on ne sait pas quoi écrire que ce soit pour démarrer une histoire ou la poursuivre.

L’image semble poétique et a quelque chose de mythique quand on sait qu’elle touche de grands écrivains, contemporains ou non. On les imagine devant leur page blanche, bloqués et puis tout d’un coup, touchés par la grâce, ils se mettent à écrire et créent une oeuvre incroyable qui devient un best seller mondial – comme par exemple J.K. Rowling avec Harry Potter.

trouver-l-inspiration-conseils

Réellement ? L’angoisse et le syndrome de la page blanche peut concerner tout le monde et chacun a sa petite méthode pour s’en dépatouiller. Apparemment, Philippe Bouvard a décidé d’utiliser des feuilles roses pour ne pas se retrouver face à ce syndrome (plaisanterie). Plus sérieusement, Ernest Hemingway nous donne quelques tips liés à son expérience par ici. Pour moi, son conseil le plus intéressant est celui-ci : « Don’t describe an emotion–make it« .

Et chez les peintres ?

Picasso aurait dit :

« La inspiración existe, pero tiene que encontrarte trabajando »

Ce qui se traduit par : « L’inspiration existe, mais il faut qu’elle te trouve quand tu travailles« . Donc, ça serait l’inspiration elle-même qui nous trouverait ? (comment on se connecte à elle ?) Je pense plutôt que ce que voulait dire Picasso est qu’il faut peindre et peindre encore et encore pour trouver l’inspiration. Ce brillant artiste était un bourreau de « travail » : c’est probablement un des artistes les plus prolifiques que ce monde est connu. Il ne s’arrêtait jamais.

La Tentation de Saint Antoine par Dalí

La Tentation de Saint Antoine par Dalí

Autre exemple : Dalí
Via le mouvement des surréalistes qu’il rejoint en 1929, celui-ci se crée un univers à part entière, allant puiser dans l’inconscient et dans les rêves – en effet, les rêves peuvent être une source inépuisable d’inspiration. Il a même créé sa propre technique :  la Paranoïa-critique. On retrouve dans ses oeuvres des symboles récurrents – montres molles, oeuf, fourmis, tiroirs, béquilles… – provenant de ses angoisses et de son inconscient.

Plonger dans l'oeuvre de Dalí, c'est faire un tour dans la dimension inconsciente de son être. Click To Tweet

Trouver l’inspiration

Non, je ne vais pas vous donner une méthode clé en main pour trouver l’inspiration et puis comme écrit plus haut, peu de chance qu’on soit touché par la grâce… mais pourquoi pas ? J’ai quelques idées et ça on peut le partager ensemble 🙂

Etre inspiré

Pour ma part, je lierai l’inspiration à l’envie. Pour moi « être inspiré » équivaut souvent à « avoir envie de » :

  • Avoir envie de peindre un animal car il vous inspire la rage que vous avez dans le ventre (comme un tigre)
  • Avoir envie de reproduire cette vue magnifique à laquelle vous assistez (comme un beau coucher de soleil)
  • Avoir envie d’interpréter cette musique et la danse que vous imaginez dessus parce que ça fait écho en vous (comme un beau tango)

Je peins donc des choses qui me touchent, qui éveillent en moi à un moment une émotion quelqu’elle soit et dont j’ai envie de parler à travers une peinture. « Etre inspiré » serait donc lié aussi à « être ému« .

L’inspiration vient de nous-même, de notre expérience et de notre confrontation avec l’extérieur. Chaque création parle de nous car elle raconte en quoi tel objet, tel paysage ou tel évènement nous a touché et nous a inspiré. Voici quelques exemples de ma propre expérience…

Les soeurs aux tuileries

inspiration-soeurs-tuileries

Soeurs aux Tuileries

Dernièrement, j’ai peins un groupe de soeurs suite à une rencontre dans le jardin des Tuileries. J’en ai fait un « work in progress » d’ailleurs. Dès que je les ai vu, j’ai voulu les peindre, j’étais inspirée. Ce sujet était lié directement à mon expérience et au fait que j’avais fait ma maternelle dans un couvent ! Autrement, je ne suis pas sûre que je me serai arrêtée sur elles.

Juste des tâches

inspiration-juste-des-taches

Juste des tâches

L’aquarelle que j’ai créé pour l’exposition l’Art sans Lettre qui a eu lieu en mars a été le fruit de plusieurs interrogations et réflexions. Mais ma création résulte d’un rêve que j’en ai fait. Je vous en ai déjà parlé par ici. Tout comme Dalí, je pense que nos rêves sont une source d’inspiration fabuleuse et il est connu que quand quelque chose nous tracasse, il suffit de laisser passer une nuit et en général, on obtient la solution le lendemain. Dans ce cas précis, une bonne sieste a suffit 😉

Vous n’êtes toujours pas inspiré ?

trouver-inspiration

  • Ecoutez-vous ! Demandez-vous pourquoi ? Prenez le temps là de vous assoir, voire de vous allonger et laisser aller vos pensées. Peut-être que vous êtes bloqué par quelque chose qui vous préoccupe ?
  • Peignez ! Même si vous n’avez aucune idée, prenez une feuille et un pinceau et laissez faire votre main. Vous pourriez être surpris du résultat !
  • Sortez ! Allez prendre l’air, regardez autour de vous, écoutez parler les gens, et surtout observez ! 
  • Ouvrez-vous à l’art sous toutes ses formes ! L’art s’inspire de l’art et quelqu’il soit. Mes dernières peintures sont inspirées de l’univers de la danse et du tango. Il m’arrive en écoutant un titre de musique d’avoir envie de l’interpréter car je souhaite prolonger l’émotion que je ressens.
  • Plongez dans vos souvenirs ! Ouvrez vos albums photos et peignez les paysages de vos vacances passées.
  • Rêvez ! Faites comme Dalí, inspirez-vous de vos rêves. Chaque matin, au réveil, je note les rêves dont je me souviens.
  • Partagez et échangez ! Rencontrez des personnes qui ont la même passion que vous et peignez avec eux. Pour cette raison, j’ai récemment rejoint la communauté des urban sketchers.

Vous avez des clés ou des habitudes bien à vous pour trouver l’inspiration ? Partagez-les dans les commentaires pour enrichir cet article 🙂

 

 

2 Comments

  1. Merci pour ces idées. De mon côté, le problème est d’arriver à canaliser toutes les idées que j’ai chaque jour.
    Je les note sur un carnet sans mettre de barrière (bonne ou mauvaise, pas de jugement). Après quelques jours, certaines apparaissent comme inappropriées, d’autres évoluent et certaines sont mises en application. Parfois, une même idée de départ donne objet à plusieurs réalisations différentes.
    Le quotidien est inspirant pour moi. J’aime partir de ce qui m’ennuie et m’irrite pour le sublimer.

    1. Chanceuse !
      Aaaahhhh du coup ça peut faire l’objet d’un autre article : « comment canaliser et transformer son inspiration ? » 😉

      Très bonne idée d’avoir toujours un carnet à porter de main où on peut noter les idées : je fais pareil (j’ai même des carnets par thématique… j’adore les carnets !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *